Elle divorce

Connexion

Y a-t-il un bon moment pour la séparation ?

par Morgane Nadeau


Vous attendez qu’il grandisse pour vous quitter. Votre couple bat de l’aile depuis un certain et vous préférez attendre avant de vous séparer afin de préserver le plus longtemps votre progéniture.

Si vos enfants n’étaient pas là, il y a très longtemps que vous ne seriez plus ensemble, techniquement, sous le même toit. Divorcer alors que vos enfants n’ont pas encore passé le bac est impensable pour vous.
Vous culpabilisez d’hypothéquer leur avenir psychologique.

Alors, vous préférez attendre qu’ils soient plus grands, que le dernier passe son bac…

Mais, y a-t-il réellement un âge plus favorable que les autres ?

Il n’y a pas d’âge « favorable » pour le divorce, la séparation de ses parents. Quel que soit l’âge, le divorce des parents est vécu comme une effraction psychique surtout lorsque celui-ci n’a pas été pressenti. Il faut garder un canal de communication quel qu’il soit, énormément préparer psychiquement les enfants à toute désillusion, sans les manipuler, sans se servir d’eux, même si cela n’est pas évident surtout au début.

Les enfants arriveront à surmonter cette épreuve, ce traumatisme dans leur existence en fonction de différents facteurs :
- le stade de leur développement psycho-affectif;
- le ressenti quant à l’ambiance à la maison;
- les sources de socialisation externes à la famille.

Certains enfants s’en sortent même incroyablement bien !

D’autres, malheureusement, auront des séquelles et devront effectuer une psychothérapie ultérieurement (risque de compulsion de répétition, problèmes d’engagement, thérapie de couple, angoisses quant à la parentalité…).

Chaque enfant est unique et singulier. A âge égal, ils ne réagiront pas tous de la même manière. Ils n’ont pas le même vécu ni le même ressenti.
Chaque histoire est unique et singulière à la fois.

Pour ceux qui ne souhaitent pas divorcer trop tôt sous prétexte de l’âge des enfants :
Sachez que découvrir tardivement à l’adolescence ou à l’âge adulte, le mensonge, les non-dits, la double-vie émotionnelle, l’hypocrisie des parents, est un traumatisme parfois supérieur à celui de la sincérité de la séparation et du divorce dans l’immédiateté de la décision des parents (différends irréconciliables, épreuves insurmontables, désamour…).

  Morgane Nadeau est psychologue clinicienne, thérapeute conjugale et familiale d’orientation analytique, formatrice en psychopathologie et auteure de 3 ouvrages faisant référence dans le domaine de la psychologie

 

 



Aucun commentaire sur cet article

    Soyez le premier à donner votre avis sur cet article

Votre commentaire sur cet article - Identifiez vous

Email Mot de passe  
Charte d'utilisation du site | Mentions Légales | Recrutement | Protection de la vie privée | Pourquoi ce site | Qui sommes nous
enfants