Elle divorce

Connexion

Les erreurs à ne pas faire en cas de dépression

par Jean Christophe Brunet


- La recherche de soutien s’oppose au phénomène d’isolement du dépressif qui entre dans un cercle vicieux : il évite les autres, il est déprimant pour les autres, et en conséquence, dans les deux cas, les autres l’évitent. Il s’agit de diversifier ses centres d’intérêts, ne pas se centrer sur sa dépression, ne pas s’identifier socialement avec le statut de dépressif ou victime, ce qui ne signifie pas de refuser et occulter son état.

- Ne pas tenir compte des signaux psychologiques et physiques, refuser de consulter

- Laisser se dégrader son hygiène de vie

- Plonger dans une addiction

- S’abandonner à la perte de désir : il s’agit de contrôler cet aspect, situer résurgence du désir et du plaisir comme un objectif nécessitant un plan d’action, viser des actions simples et non contraignantes et faire un point régulier, tel qu’un bilan hebdomadaire, répondant à la question : « cette semaine, qu’ai-je fait pour me faire plaisir ? » sans culpabilité face à un résultat faible en temps et intensité et en tenant compte des évènements et contraintes subies.

- Réfléchir sur le facteur déclenchant, comme analyser ce qui n’a pas fonctionné dans une relation, mieux se connaître au travers de l’expérience, ne veut pas dire être obnubilé par les causes, les ruminer, les ressasser sans cesse, mais chercher ce qui entretient le facteur dépressif et viser les solutions.

Besoin d’aide ?  Faites- vous appeler au plus vite par un coach > Cliquez ici

 



Aucun commentaire sur cet article

    Soyez le premier à donner votre avis sur cet article

Votre commentaire sur cet article - Identifiez vous

Email Mot de passe  
Charte d'utilisation du site | Mentions Légales | Recrutement | Protection de la vie privée | Pourquoi ce site | Qui sommes nous
psychologie