Elle divorce

Connexion

Comment se reconstruire après un divorce ?

par Marie Delambre


La reconstruction après un divorce est une période longue et semée d'embûches, voici quelques repères des différentes phases à traverser, qui vous permettront de savoir où vous en êtes.

 



Les différentes phases de la reconstruction :
 
 

1. La phase d'abattement
C'est la première étape, la plus douloureuse, il s'agit de traverser le chagrin, la douleur de la perte, la solitude, les regards et reproches des enfants. Tenez bon et ne restez pas seule, appelez vos amies à la rescousse.
Pour ne pas raviver la blessure, établissez une coupure physique et psychique avec votre ex, pas de coups de fil, pas de rencontres. C'est très important pour pouvoir se ressaisir et se restaurer.

2. La phase d'acceptation
Accepter, c'est intégrer son histoire , c'est être sortie de la colère et du ressentiment, c'est ne plus se sentir coupable, c'est ne plus avoir ni regrets, ni remords.
Difficile, mais pas impossible ! Mais cela prend du temps, c'est comme cicatriser une blessure profonde : un véritable processus de deuil de l'ancienne relation de couple correspond à un travail psychique d'intégration et de régénération.

3. La phase " je surmonte-j'assume "
Pour gravir encore une marche dans cet escalier de la guérison, il est important de faire un bilan honnête de ses erreurs et de ce qui n'a pas marché dans la relation, et pas seulement du côté de l'ex !!
La relation a deux bouts, nous avons notre part de responsabilités à assumer. Pour progresser en maturité, examinez quelles ont pu être vos attitudes négatives ou toxiques pour la relation. Cela vous aidera à reconstruire sur de nouvelles bases, et vous évitera de tomber dans les mêmes pièges.

4. La phase des peurs
Après une phase de mieux-être, où vous avez surmonté les défis juridico-administratifs du divorce, peut s'amorcer une période de peurs, tout à fait normale.
La première, la plus ancestrale, c'est la peur de l'inconnu : elle est légitime, car ne pas savoir ce qui nous attend, prouve que nous changeons nos habitudes, nous changeons de vie, ne pas maîtriser notre avenir, ça fait toujours peur. Pour avancer sur un terrain vierge, mieux vaut faire des petits pas, c'est plus sécurisant, autrement dit ne bouleversez pas tout d'un coup, allez-y doucement.

La peur de vivre seule est la plus classique. Nous détestons être renvoyée à nous-mêmes, à nos choix, à notre solitude. Traverser la vie sans l'autre nous paraît très angoissant, pourtant c'est en traversant une période de solitude que l'on se reconstruit le mieux, que l'on apprend à être un bon compagnon pour soi-même, et que l'on acquiert plus de solidité et plus d'autonomie.

5. La phase de régénération
C'est la phase de renaissance, vous retrouvez votre capacité au bonheur, votre aptitude à savourer les petites joies de l'instant présent, vous positivez enfin !
Faire un bilan juste de ses ressources intérieures peut s'avérer très utile à ce moment-là, être accompagnée par un thérapeute ou un coach peut permettre d'avoir un regard neutre et bienveillant pour nous remettre en selle et restaurer une meilleure image de nous-mêmes. Les solutions sont en nous, nous sommes nos propres guérisseurs, mais nous avons parfois besoin d'aide pour rallumer l'étincelle de vie qui deviendra brasier.



18 commentaires sur cet article

  • Aurelie55le 09.12.2015
    bonjour.

    je suis.separee de mon mari depuis quelques mois mais nous habitons encore sous le même toit. nous avons 2 enfants en bas age et c moo qui aura la garde exclusive une fois le divorce à l'amiable prononcé. lui les aura au moins deux à trois fois par semaine ce qui.me permettrà d'avoir un peu de temps. je dois déménager car je ne peux pas racheter la part de l'appartement que nous possédons. il.reste quelques mois et j'ai super peur. Ç moi.est pris cette décision à la base. je me suis rendue compte que nous n.avons plus d.atomes crochus. on s'est connu jeune et à l'époque j.étais une jeune femme pas sûre d'elle, un peu terrifiée par ce.monde m, je me sentais en sécurité avec lui et ça me suffisait pour être heureuse. avec le temps nous avons bcp évolue et on ne ressens plus du tout d.amour, je crois qu.on est comme des amis. aujourd'hui je suis sûre de prendre la bonne décision mais l.idée de la solitude me pèse surtout avec des petits enfants. j.ai peur que personne ne s'intéresse à moi . j'ai ce cap à franchir et j'ai besoin de mots réconfortants. je suis très mal. merci d'avance
  • chocolateriele 20.11.2015
    bonjour natha,

    je suis aussi dans ta situation mais pour ma part j'ai vécu un enfer avec mon futur ex-mari ; j'ai décidé de faire un divorce à l'amiable pour préserver les enfants et parce que je veux en finir rapidement.
    le seul conseil que je peux te donner pour t'en sortir c'est de te recentrer sur toi quand tu n'as pas tes enfants, sortir danser, faire du sport, te donner un nouvel objectif ne pas te fermer au monde (ovs sympas pour sortir).
    même si la seule chose que tu as envie c'est rester chez toi à te morfondre ne le fait pas, une femme heureuse c'est une maman épanouie et du coup des enfants heureux.
    retrouve toi en tant que femme...
    je me suis sentie désespérée en quittant mon mari mais trop de violence verbale et il commençait à être violent physiquement et pour compléter ce joli tableau il n'était jamais là. j'ai pris mes enfants et nous sommes parti dans un nouvel appartement. c'était très dur au début mais ce qui m'a sauvé se sont mes enfants et le fait que je me sois recentrée sur moi pour être bien. aujourd'hui je commence à sortir la tête de l'eau et je me sens chaque jour un peu plus forte. j'ai carrément coupé les ponts avec mon ex et tout est très carré. je te déconseille de garder un lien avec ton ex en dehors des échanges pour les enfants...
    voilà mes conseils pour moi ça marche alors je te souhaite beaucoup de courage et sois forte
  • nathale 04.10.2015
    bonjour,
    nous avons choisi le divorce à l'amiable car notre couple prenait des chemins différents. c'est moi qui est voulu divorcer. aujourd'hui, malgré ce souhait je suis perdue, seule, je perds mon entourage et me rends compte que je ne peux pas compter sur eux pour m'aider à traverser cette épreuve (ils sont en couple et ne me comprennent pas !) tout est à reconstruire. j'ai du mal à trouver la force pour me battre pourtant mes enfants sont ma motivation mais arrivé les week-end c'est l'horreur... je fais naufrage dans cet océan d'incertitude.
    pouvez-vous m'aider ? vous qui passez ou êtes passé par ce chemin ?
  • ninouche42le 25.05.2015
    cc chouette j aimerais savoir ou tu en es ?
    g 32 ans et mon divorce a été très mal accepter par le papa de mes enfants qui a tout fait pour avoir la garde . mnt le liens avec mes enfants est couper
  • CHOUETTEle 24.10.2014
    toujours chouette...la solitude me tue....mais surtout je voudrais reconstruire ma vie.je suis jeune et à 35 ans je n 'aurais pas toujours le temps de faire un bébé à nouveau ,même toute seule j ai besoin d avoir un enfant d'avoir le temps de le faire ,j adore les enfants à commencer par les miens,un enfant à nouveau pourrait donner sens à ma vie ,une raison d'exister à nouveau.mes enfants étaient mon rayon de soleil et le papa le savait,il veut me faire payer de l avoir quitter et utilise mes amours.je n ai que mes larmes pour pleurer en attendant d aller mieux.dites moi est un crime de mettre fin à une relation ou vous êtes seule à tout faire? entretenir la flamme s occuper des enfants?mÉdire de son Épouse auprÈs de ses amis, de ma famille alors que je quémandais auprès de lui l 'amour.pardon ici on parle divorce et reconstruction.mais je me suis souvent demandé qu est ce que je n ai pas fait normalement pour qu 'il m aime comme on aime un parapluie ou son caleçon?je paie d avoir ose partir de chez lui,le prix est très fort ce sont mes enfants...comment un père peut faire cela,comment dites moi?
voir les 18 commentaires

Votre commentaire sur cet article - Identifiez vous

Email Mot de passe  
Charte d'utilisation du site | Mentions Légales | Recrutement | Protection de la vie privée | Pourquoi ce site | Qui sommes nous
psychologie