Elle divorce

Connexion





Le témoignage de Laetitia

Bonjour, je m'appelle Laetitia, j'ai 33 ans et je suis en train de vivre la fin d'une histoire de 15 ans.
Je résume: je l'ai rencontré, j'avais à peine 18 ans, Beau, Guadeloupéen et militaire. Début d'histoire sympa même si dès le départ, il fait la gueule régulièrement sans vraies raisons apparentes....silences prolongés.....pouvant aller jusqu'à une ou deux semaines.......je lui pose des questions, lui demande ce que j'ai fait, s'il fait la gueule (il me dit toujours que non)....je prends ça pour argent comptant et attends que ça passe en rongeant mon frein.
Les années passent, 5 ans de célibat géographique, on se voit un week end par mois et lorsque l'on se retrouve c'est toujours la passion. On fait des projets, même si on a pas du tout la même façon de voir la vie (même si la Guadeloupe est française, il y a quand même d'énormes disparités culturelles!!).Bref, mariage en 1998, enfant en 2000 et la vie suit son cours ponctuée de gueules, de tromperies (de son côté) "pardonnées" parce que je crois que j'avais peur qu'il m'abandonne...
La vie n'a pas été simple: étant militaire, il était absent au mois 4 mois d'affilée par an, et j'étais à 700 km de ma famille donc assez isolée. Je travaillais et élevais mon fils en attendant son retour. Une vie pas simple mais j'étais pleine d'énergie pour deux et je m'accrochais, je voulais y croire.
2003: il part pour 4 mois à Djibouti et là, je tombe en dépression: je vais voir une psy, j'essaie de m'en sortir. Il est présent dès son retour mais ça n'est pas simple. Je n'aborde fnalement pas tellement la question de mon couple et me concentre sur la relation à ma mère (je crois que je n'avais pas coupé le cordon...maintenant c'est fait et tout va bien avec mes parents).
Eté 2005: nous partons pour la troisième fois en vacances en Guadeloupe avec notre fils et ça se passe pas trop mal même si je le sens (ENCORE!!!) distant au bout d'une semaine. Je souffre en silence et quand je lui demande ce qui ne va pas, il me dit RIEN... Ah bon, j'avais cru....
Auretour de Guadeloupe, il s'enferme dans le silence et la déprime "plus rien ne me rattache à la vie, je ne sais pas ce que je fais là...impossible de lui en faire dire plus. Je le sens mal alors je le soutiens comme je peux en mettant de côté le reste, c'est à dire moi. Je vis mal tout cela mais j'ai encore assez d'amour pour lui pour être LA, présente.
Novembre 2005: mon père (chef d'entreprise) lui propose de l'embaucher, ce qui lui permettrait de prendre sa retraite de l'armée (15 ans): cela à l'air de lui redonner le gout à la vie et il accepte (non sans que j'e l'ai prévenu que c'était sa décision, que je ne voulais pas que dans 10 ans, il vienne me le reprocher).
Pour moi débute une descente aux enfers: il me dit qu'il va devoir beaucoupr sortir pour profiter jusqu'au bout de ses "potes" de l'armée??? Je ne sais que comprendre mais je comprends vite que cela n'est pas tenable: il rentre à point d'heure sans me prévenir. Dès que je tente de l'appeler pour savoir ou il est, je me heurte à "tu me fliques". Bref (je résume beaucoup..désolée)j'en parle à mes parents qui sont heureux après dix ans d'éloignement de nous voir revenir dans la région, ils me disent qu'il ne doit pas être bien, qu'il fait comprendre que ce n'est pas facile pour lui, que c'est un saut dans le vide...je m'accroche en lui trouvant des excuses même si c'est de plus en plus difficile et même si je souffre de plus en plus.
Eté 2006: arrivée à Niort. Mes parents nous accueillent, il commenceà travailler début juillet et quinze jours après notre arrivée, se remet à me faire la gueule pour un mot prononcé de travers....je décide pour la première fois de faire comme lui et de lui faire la tronche/ça dure plus de quinze jours. On finit par en parler sur son initiative (parce que mon père et lui on discuté): je lui dit que je ne supporte plus qu'il se taise et qu'il manque autant d'indulgence envers moi. On décide de se donner une chance.
Octobre 2006, il se remet à se refermer sur lui sans raisons apparents (comme d'hab quoi!!). ll y a trois semaines, rebelote... Je fais la gueule comme lui et finis pas craquer. Je vais le voir, lui dis tout ce que jai sur le coeur: il m'écoute mais ne s'exprime pas beaucoup "tout est de ma faute", "je ne te reproche rien"...Bon an mal an, on se rabiboche mais jusqu'à hier: je suis arrêté à la maison pour cause de grippe pour toute la semaine et il doit donc s'occuper de tout. Ce qu'il fait. Hier après midi, me sentant un peu mieux, je vais sur internet et là, je tombe sans le vouloir sur tout un tas de sites qu'il a visité la veille au soir (sites pornos hard, sites de rencontre, msn...);
Je crois que ça a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase : il rentre hier soir, une fois notre fils couché explication: il ne me donne pas réellement de raisons à son comportement et me dit "je crois que quelque chose est brisé entre nous et qu'on arrivera pas à le recoller" Je ne sais pas s'il me tendait une perche ou quoi mais en tous cas je l'ai saisie et lui ai dit que j'étais d'accord. Sur quoi je lui ai demandé calmement ce que l'on faisait: il m'a dit: on se sépare si c'est ce que tu penses....l'art de retourner la situation!!! Trop fort!!! On s'est immédiatement mis à parler des détail techniques....je sais c'est un peu rapide mais je crois que cela couvait depuis trop longtemps je crois.
ALors, pour finir, je vous livre sa vision du divorce: s'il nous quitte, il quitte également son travail puisque c'est pon père qui l'emploie. Il ne sait pas ce qu'il va faire de sa vie, ou il ira: il sait juste qu'il ne restera pas sur Niort. Je lui demande comment il compte faire pour son fils: il me dit qu'il le verra un mois par an pour les grandes vacances puisqu'il ne sait pas de quoi sa vie sera faite. Je lui fait remerquer que cela va traumatiser son fils de ne plus voir son père. Il me répond que ça ne va pas le tuer. En gros, il m'a dt aussi qu'il n'envisageait pas de continuer à me parler après le divorce, ni d'avoir aucune relation avec ma famille. Ah oui, il me laisse tout et ne veut rien prendre. J'ai refisé bien evidemment.

Pour en finir vraiment, quelques précisions: il a toujours été un bon père pour notre fils. Notre fils va plutot bien même si c'est une petit garçon particulièrement actif (sans être hyperactif mais bon...) C'est un petit garçon très sympa, très intelligent et je ne sais pas dans quelle mesure tout cela a pu impacter son caractère d'aujourd'hui... Comment lui annoncer?? Comment continuer à vivre bien et à rendre heureux un enfant dont le père a l'intention de démissionner? J'ai peur pour lui avant toute chose.

Si vous pouviez me répondre........je vous en remercie d'avance
Laetitia (ref 01-12-06)




Réagissez à ce témoignage : entrenous@elledivorce.com











La réponse de Nathalie

Bonjour laetitia, je m'appelle nathalie et j'ai déjà témoigné sur ce site, mais je n'est pas osé en dire autant que toi, quand je te lis je n'en revient pas c'est presque ma vie que je vois défilé, marié à un martiniquais, ancien militaire, 16 ans de vie commune, bon papa, et pourtant je vie un cauchemar depuis presque 3 ans, date à laquelle il à arrêté l'armée, sauf que moi je suis en martinique et oui, grossière erreur, je pleure toute les larmes de mon corps devant ce desastre et pourtant je n'est pas encore la force de partir, et pourtant il y à vraiment de quoi, alors je sais que je ne serai pas d'un conseil, mais très sincèrement et cela vient du coeur, il vaut mieux une sépartion que cette vie de souffrance morale, tu à raison un fossé sépare notre vie à celle d'un antillais, que ce qui me lise me pardonne, c'est pourtant moi qui est voulu venir vivre ici pour lui, je pensais que cela allait le rendre heureux, et oui, car finalement je ne le connais pas, il ne dit jamais rien, à la moindre question tout va bien, alors que moi aussi je constate que cela ne va pas du tout, mais jamais un mot, il faut tout deviné et il est le champion pour me faire culpabiliser, tout n'est que mensonge, à longueur de journée, de semaine et d'année, soit courageuse, les larmes finiront par s'arrêter, tu sera être pour ton fils une merveilleuse maman, même si tu doute, il faut mieu être seule que mal accompagné, moi je culpabilise énormément de ne pas avoir le courage de partir, j'ai peur que mes filles m'en veuille plus tard, elles aiment tant leur papa, et pourtant, elles souffrent de me voir pleurer, même si j'essai de le cacher, on pourrai communiquer toute les deux si tu le souhaite, on se soutiendrai mutuellement dans cette dure épreuve, je ne sait pas comment on peu prendre contact, moi je n'y vois aucun inconvénient, je t'embrasse, ne pense qu'au mauvais moment passé avec lui pour tenir le coup, laisse le reste derrière, un jour mon heure sera venu à moi aussi de rentrer chez moi, je devrai tout laisser à 36 ans, boulot, maison, une vie entière, alors soit forte, amitié, 
Nathalie (28-12-06)



.......................................................................................................................................................






La réponse de Karin

Bonjour Laetitia,
Il me semble que le mieux est de parler à votre petit garçon dès que la décision sera prise de vous séparer et que vous aurez discuté ensemble de votre organisation le concernant... expliquer que Laetitia et X (votre mari) sont un couple d'amoureux qui ne peuvent plus vivre ensemble et ont décidé de se séparer, alors que le couple papa-maman restent ses parents à part entière... que l'amour entre deux adultes peut parfois disparaître, mais pas celui d'un papa et d'une maman pour leur petit garçon...
Il me semble inutile de rentrer dans le détail de ce qui vous oppose à votre mari - ça c'est votre histoire de couple, elle ne regarde que vous deux - mais important de vous montrer rassurante en expliquant à votre fils comment va s'organiser sa nouvelle vie sans papa à la maison...
Enfin, même si la tentation est grande, parfois, ne sabotez pas l'image que votre fils a de son père : il n'en a qu'un, et il en a besoin pour se construire...
Bonne chance !
Karin (08-12-06)



.......................................................................................................................................................






































 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Le témoignage de Nina

bonjour.mariée depui 3 ans, jai une petite fille de 2ans.mon mari est allé à l'étranger pour contracter un mariage avec une autre personne...cas classique de polygamie.je v évidemment demander le divorcepour faute.mais c
une dure épreuve pour moi car j'étais extrénement amoureuse donc la déception en est ke plus grande..sans compter ke nous avons une petite fille...
je sui ouverte à tt type de soutien..
merci à ttes de m'avoir lue.
Nina (ref 02-11-06)




Réagissez à ce témoignage : entrenous@elledivorce.com




























 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charte d'utilisation du site | Mentions Légales | Recrutement | Protection de la vie privée | Pourquoi ce site | Qui sommes nous
accueil