Elle divorce

Connexion

Peut-on récupérer les arriérés de pension alimentaire ?

par Maître Caroline ELKOUBY SALOMON


Les pensions alimentaires et les contributions d'entretien peuvent-elles faire l'objet de demandes d'arriérés (dit des arrérages) et pendant combien de temps lorsqu'elles n'ont pas été demandées plus tôt?

Ces sommes ne sont pas si facilement octroyées par les juges aux affaires familiales. Il faut bien souvent batailler et faire appel à un avocat.



Les pensions alimentaires :

La pension alimentaire est une somme qu'un membre de la famille peut devoir à un autre membre qui se trouverait dans le besoin. Le Code civil les appelle des dettes d'aliments et les prévoit aux articles 205 et suivants du Code civil ainsi qu'aux articles 214 et 255 ainsi qu'à l'article 373-2-2.
Les articles 205 et suivants du Code prévoient les dettes d'aliments des enfants envers leurs parents et leurs grands-parents, et des ascendants envers leurs descendants, et ce quelque soit l'âge du créancier d'aliments. Il existe aussi des pensions qui sont créées par le lien d'alliance et c'est ainsi qu'une belle-fille peut devoir des aliments au père de son mari.

Ces pensions qui ne sont pas des pensions d'entretien, mais seulement d'aliments, ne s'arréragent pas. Cela signifie qu'elles ne sont dues qu'à partir du jour où elles sont demandées. C'est ainsi que s'applique la maxime " Aliments ne s'arréragent pas". Cette maxime est fondée sur une présomption d'absence de besoin tant que la pension n'est pas réclamée et de renonciation à son paiement.

Il peut être dérogé à cette règle si le créancier rapporte la preuve qu'il a tout mis en œuvre pour réclamer sa pension et que l'ayant fait, il n'a rien obtenu. Alors là seulement, il pourra s'adresser au juge aux affaires familiales qui statuera. Cet arrérage de pension, s'il est prononcé, pourra remonter sur 5 ans avant la date d'introduction de la demande.

Les contributions d'entretien :
Différent est le cas des contributions d'entretien : il peut s’agir de la contribution à l'entretien et à l'éducation des enfants de parents séparés ou encore de la contribution aux charges du mariage que les époux se doivent et qui prend la forme d'un devoirs de secours lorsque ceux-ci sont séparés.

Ces contributions s'arréragent en ce qu'elles peuvent être demandées au juge à tout moment, même si le créancier n'a pas fait valoir son droit au début de la séparation.

La Cour de Cassation affirme et réaffirme sa position depuis plus de 40 ans et encore en 2012, elle rappelait "Qu’en statuant ainsi, alors que les règles gouvernant l’obligation alimentaire étant d’ordre public, la renonciation, expresse ou tacite d’un parent au versement des arriérés dus au titre de la contribution à l’entretien et à l’éducation de son enfant, est sans effet, la cour d’appel a violé, par fausse application, le texte susvisé ».(Cass. civ 1ère, 15 février 2012).

Très régulièrement, elle rappelle "que les effets d’une paternité légalement établie remontent à la naissance de l’enfant et que la règle Aliments ne s’arréragent pas ne s’applique pas à la contribution d’un parent à l’entretien et l’éducation de l’enfant ». (civ 1ère, 28 janvier 2009, n°07 15.243, NP).

La Cour de Cassation disait aussi en 2004 qu’il fallait faire droit à la demande tardive de contribution de la mère et sans indiqué que celle-ci aurait dû justifier les raisons pour lesquelles elle n’avait pas formulé de contribution dans le cadre de l’ONC. Idem : Civ 1 12 mai 2004, n° 02 17.441, bull civ 1, n° 128, AJ Fami. 2004, 280, obs Bicheron, Dr Famille civ 1ère, 23 jan. 2007 civ 1ère 3 dec 2008 n°07 12.042.

Cet article qui semble clair a sa raison d'être car en dépit de règles claires, affirmées et répétées par la Cour de Cassation, trop de juges aux affaires familiales continuent de refuser de prononcer les arrérages demandés et exigent encore du créancier qu'il justifie et prouve, justificatifs à l'appui, qu'il était dans l'impossibilité de demander une contribution pour l'enfant ou que l'ayant fait à de nombreuses reprises, le paiement lui a été refusé. 
 

Il ne faut donc pas hésiter à demander au juge de fixer la demande de contribution à l'entretien et à l'éducation de l'enfant au jour de la séparation si pour une raison ou pour une autre cette demande n'a pas été formulée à ce moment-là.
La chancellerie a prévu un barème de référence pour aider à fixer les contributions dues pour les enfants. Il est consultable à l'adresse suivante : http://www.vos-droits.justice.gouv.fr/art_pix/table_reference_pa.pdf



 

  Avocate au barreau de Paris, son cabinet est spécialisé en Droit de la Famille, des Personnes et du Patrimoine.



2 commentaires sur cet article

  • hanzile 21.08.2017
    j'ai quand meme vu une avocate à ce sujet ? qui me dit d'attente une réaction de sa part pour pouvoir lancer une requète cordialement
  • hanzile 21.08.2017
    bonsoir je ne verse plus la pension alimentaire par virement elle est viré sur un compte à ma banque mon fils aura 18 ans en septembre 2017 depuis sa naissance je l'ai vu à 15 jours malgrés des droits de visite et comme la mère change de numéro de téléphone sans arret et sans compter les déménagement répéter ? j'attends quelle se manifeste pour savoir leur adresse et lieu ? de plus je gagne moins qu'avant ? suis je en faute ? ( vu mon fils 15 jours depuis sa naissance et mon ex à demandé une pension alimentaire à l'age de ces 9 ans sans etre marié ni pacsé !!!!!!

Votre commentaire sur cet article - Identifiez vous

Email Mot de passe  
Charte d'utilisation du site | Mentions Légales | Recrutement | Protection de la vie privée | Pourquoi ce site | Qui sommes nous
juridique